Vivre à Libourne

On en parle en ville

Dans ce blog, nous avons voulu faire connaitre les actions quotidiennes qui se passent à Libourne, les travaux en cours, l'économie, la culture, les spectacles et bien d'autres choses qui font partie de notre vie de tous les jours; de temps à autre, nous mettrons à l'honneur une personnalité libournaise ou un commerce du centre-ville; certaines décisions importantes prises en conseil municipal pourraient également s'inscrire dans ce billet régulier; nous comptons sur vos commentaires.

  • N°24 _ Les quais et la fontaine Roudeyre

    Dans le cadre de l'aménagement des quais, une nouvelle balade de 300 mètres est à la disposition des promeneurs entre la rue Louise-Michel et la fontaine Roudeyre.

    à suivre.......

  • N°23 _ Kevin, TouTenTissus

    C'est au 26 de la rue Gambetta à Libourne que Kevin Moreno a installé un magasin de tissus et de mercerie. Passionné de décoration, de tapisserie d'ameublement et de confection textile, il vous propose également un atelier de loisirs créatifs et des cours de couture. Mais qui est Kévin, né à Montpellier, il a ........

    à suivre......

  • N°22 _ Montesquieu, la rue du livre

    C'est au 9 de la rue Montesquieu, près du lycée Max Linder que se trouve la librairie Acacia-Formatlivre; il y a près de 3 ans cette célèbre librairie fut reprise par Catherine Blanchard, qui apprend que Jean-Marie Martin, l'ancien propriétaire va prendre sa retraite; ancienne cliente de la librairie et femme indépendante, elle a une forte volonté de se démarquer; alliant professionnalisme et gentillesse, elle table sur la diversité des ouvrages et d'un très grand nombre d'éditeurs. Cette vitrine travaille avec les services de l'Education Nationale grâce au projet "jeunes en librairie", projet qui lui permet de fréquenter les classes des lycées et collèges et à parler des livres et de son métier avec les élèves qui représentent d'ailleurs une grande partie de sa clientèle. Seule librairie indépendante de Libourne, elle envisage d'exercer son métier comme il lui convient, c'est à dire conseiller, rendre les gens heureux et gérer un endroit plein "de petits trésors".

  • N°21 _ KooZumain, c'est à la gare de Libourne.

    Qui aurait pu prévoir, il y a quelques années, l'installation de machines à coudre, de fers à repasser et d'aiguilles dans les 120 m2 de l'ancien buffet de la gare de Libourne; et bien c'est le défi d'Annie qui forme des élèves à la couture avec des tissus recyclés; tissus récupérés chez un founisseur de fripes et un partenariat avec le SMICVAL, société de valorisation de déchets; celui-ci recycle par jour plus de 10 tonnes de vieux tissus et vêtements de toutes sortes. C'est dans cette montagne de produits qu'Annie, ancienne costumière, en récupère gratuitement plus de 25 kgs par semaine; un véritable trésor avec lequel ses élèves créent des pièces uniques tout en se formant à la couture, cours de piqûre, découpe et ajout de tissus; le vétement constitué sera mis en vente à la boutique de KooZumain. Le projet d'Annie est également de caractère artistique: dans ses ateliers, qui sont gratuits, son objectif est d'inventer des pièces de collection entre costumes et vêtements de couturiers. Des expositions "vêtements et tissus"sont en projet dans les locaux de KooZumain.

    Le sujet suivant semble avoir peu de rapport avec ce qui précède, mais ce que nous vivons à l'heure actuelle mérite que l'on s'y penche quelque peu; un terrible virus fait d'importants dégâts sur la planète, et nous, comme les autres peuples d'ailleurs, sommes concernés par certains sujets, des problèmes de sécurité que nous devons respecter, tel l'emploi régulier de masques  pour nous protéger l'un par rapport à l'autre; sujet important certes mais qui n'avait pas été vu dans son ensemble par nos politiques; devant les difficultés à nous approvisionner, il a fallu employer le système D, pour en fabriquer; ce qu'a compris bon nombre de nos concitoyens, et KooZumain en particulier dans notre région. Pour satisfaire la demande Annie a recruté un certain nombre de couturières qu'elles soient professionnelles ou amateurs et, installées et confinées dans ses ateliers , toutes se sont rapidement mises au travail pour satisfaire un besoin absolument indispensable; une véritable action bénévole et solidaire que toute l'association a su mettre en route pour satisfaire un besoin impérieux. A l'heure actuelle les ateliers ont mis en veille leur activité normale et consacrent tout leur temps au service de notre santé. Nous ne pouvons que remercier toutes ces bonnes volontés.

     

     

  • N°20 _ Immobilier et cinéma, le Rex

    Situé rue Etienne-Sabatié et en angle avec la rue Président Doumer, fermé depuis 2004, le cinéma Rex fait une sensationnelle mutation; ce sera dans quelques mois une résidence d'une quinzaine d'appartements, du studio au T4 sur 800 m2 habitables. La résidence portera toujours le nom de Rex et conservera sa façade arts déco des années 30; elle affichera également une ossature bois et un revêtement bois brûlé sur le reste de la façade. Un ascenseur montera sur deux étages ainsi que dans les combles ou des petits appartements et des terrasses seront aménagées. Enfin une friche en plein centre-ville qui va disparaitre et reprendre vie et c'est tant mieux.

     

     

     

     

     

     

     

     

  • N°19 _ Les pains d'hier à nouveau dans la bastide

    Coralie Louge et Ludeauvic Menanteau font revivre pains et pâtisseries en n'utilisant que des produits traditionnels; le pâtissier est revenu 50 ans en arrière, très éloigné des blés modernes, modifiés, bourrés d'améliorants et d'additifs ; tout est fait maison, du local aux ingrédients anciens; le couple n'utilise aucun produit "tout fait" ni poudre de crème pâtissière ni blanc d'oeuf ni Maïzena. Malgré l'emploi de produits légèrement plus chers et plus difficiles à mettre en oeuvre, les prix restent raisonnables et compétitifs. Sans boutique, mais présents sur les marchés de Libourne, Créon, Cavignac, Saint-André de Cubzac, la clientèle vient également dans l'atelier de Saint-Yzan de Soudiac, voire même en commandant sur le site internet www.coralieludopatisseries.com

     

    dans le  de

     sur

    en cours de rédaction.....

  • N°18 _ Libourne, ville d'art et d'histoire

    La ville de Libourne intègre l'association "Sites et cités remarquables", qui réunit plus de 260 villes et territoires porteurs du label "Villes et Pays d'art et d'histoire"; association  présidée par l'ancien ministre du budget, président de la région Midi-Pyrénées et maire de Figeac, Martin Malvy. C'est un réseau national qui réunit plus des villages et territoires en quête du label "Villes et Pays d'art et d'histoire". Le maire de Libourne est déterminé à raconter l'histoire de notre ville; ce sera la valorisation de l'arrivée du chemin de fer, l'activité portuaire, ainsi que la domination anglaise de la ville. Un touriste sur deux voyage en France avec une motivation culturelle ou patrimoniale; c'est donc cette volonté qui anime  Libourne a être labellisé et dans cet optique que le maire rend la ville plus désirable à nos yeux.

  • N°17 _ de l'humanitaire à Madagascar

    Ils s'appellent Mathis 20 ans , Amélie 21 ans et Nasthasia 22 ans, élèves infirmiers à l'Ifsi de Libourne, ils ont décidé de faire un voyage humanitaire à Madagascar; que ce soit coté santé ou coté éducation, dans cette île les besoins sont immenses et ne font mystère à personne; ils se sont rapprochés d'une association déjà fortement implantée dans l'île et avaient pour but de travailler dans un dispensaire de Morondava, finalement c'est l'hôpital de cette ville qui les accueillera dans certains de ses services. Question importante, comment financer le voyage, mais aussi l'achat de matériel médical et de médicaments; la solution, ce sera la vente de crêpes et de café sur le marché de Libourne, mais aussi de nombreuses tombolas avec des lots récupérés auprès des commerçants libournais; des tirelires sont également installées chez les commerçants de la bastide pour recueillir les dons; une cagnotte en ligne est mise à disposition pour compléter leur budget. La responsable du dispensaire qui bénéficiera du matériel et des médicaments, les attendra sur place, ainsi que le taxi-brousse qui les mènera à destination.

    Tout ce projet est organisé et pensé pour que les trois élèves-infirmiers puissent mettre au profit des plus faibles les connaissances déjà acquises au fil de ses deux premières années d'école.

    Pour faire un don, la cagnotte en ligne: https://www.leetchi.com/c/humanitaire-madagascar-48915714

  • N°16 _ Croisières au fil de l'Isle et de la Dordogne

    C'est le moment de découvrir le Libournais depuis les rivières qui le traverse; depuis le 1er mai 2019 la Clapotine est au départ du ponton des 2 tours pour des petites croisières; c'est un bateau à fond plat qui permet de naviguer au fil de la Dordogne et de l'Isle; deux formules apéritives le midi et le soir; également une croisière commentée d'une heure trente de navigation mais uniquement sur l'Isle à la découverte de la flore, de la faune et du patrimoine local et ceci jusqu'aux rives de Savignac sur l'Isle. En ce qui concerne d'autres croisières, l'Office de Tourisme propose une promenade à bord d'un bateau plus important de 100 places.    à suivre.....

  • N°15 _ Au fil de l'eau

    De plus en plus le ville de Libourne se tourne vers ses deux fleuves, la Dordogne et l'Isle et c'est depuis 2014 que de nombreuses sociétés de croisières sont de retour dans le port; des quais tout neuf, bientôt une capitainerie et fin juin, comme l'an dernier la fête de la confluence, de quoi faire de Libourne une ville fluviale. La ville a réinvesti son identité portuaire , mais les libournais et les touristes locaux peuvent désormais réserver une croisière-promenade commentée ou apéritive sur les deux fleuves. Ce sera L'Hermine de la société Presqu'île-croisière, un bateau de 100 places et Clapotine de la compagnie des deux-rives, un bateau de 15 places qui proposera des croisières apéritives à la découverte des vins du vignoble libournais; ces croisières permettront de découvrir les faces cachées du Libournais et de ses environs, principalement celle des berges avec sa faune et son patrimoine architectural, tel le château de Vayres; mais c'est également le mascaret cette vague locale si prisée des surfeurs. Toutes ces croisières partent du ponton des Deux-tours du port de Libourne; les réservations sont à faire à l'Office de tourisme de Libourne.

  • N°14 _ Un train qui construit sa voie.

    Les 62 kms de la ligne SNCF Libourne-Sarlat sont en travaux depuis quelques mois; deux engins étranges ont pris possession de ce chantier. C'est un convoi hors normes que compose ce train-usine qui opère actuellement sur cette voie de TER; il n'existe d'ailleurs qu'en 3 exemplaires en Europe. Pour ce chantier, il s'y prend d'une façon très simple: il roule au pas et avale l'ancienne voie en engloutissant les rails, les traverses et une certaine quantité de ballast inutilisable; 700 mètres plus loin, il "recrache" par l'arrière une voie complétement neuve, des rails et traverses neuves, ainsi qu'une certaine quantité de ballast neuf. Explication: pendant qu'il roule au pas, des ouvriers glissés sous les jupes du monstre dévissent les boulons des traverses, qu'elles soient en bois ou en béton, le train les avale aussitôt, il enlève les vieux rails, les déposent à l'extérieur de la voie, des ouvriers les découpent en morceaux de 18 mètres, qui sont évacués immédiatement. Le train-usine pose de nouvelles traverses en suivant, ainsi que le nouveau rail en morceaux de 400 mètres de long d'un seul tenant soit un ensemble de 20 000 tonnes qu'il manipule comme de simples baguettes. C'est au milieu de cet immense convoi qu'un second élément de cette usine ambulante lance le "dégarnissage". La machine soulève cette nouvelle voie qui vient d'être posée, racle le vieux ballast, le passe au crible, récupère celui qui est encore apte à l'emploi, enlève le reste et réinjecte du ballast neuf; c'est au tour du passage de la "bourreuse"qui enfonce des griffes entre les 2 rails, fait vibrer le sol pour caler et tasser ce matériau qui servira d'assise à l'ouvrage, les traverses sont mises en place et la voie est prête. Au bout du train, les vieux rails sont découpés, ramassés par des bras mécaniques et chargés sur le convoi; ce système livre une voie neuve et un chantier propre. Ce train usine mobilise 500 ouvriers très spécialisés, 350 viennent d'Italie employés par l'entreprise adjudicataire de ce marché et 150 cheminots de la SNCF. Ce convoi farique environ 1000 mètres de voies par jour.

  • N°13 _ L'école du Nord change de nom

    C'est le 10 janvier dernier, date de la commémoration de la rafle du 10 janvier 1944 à Libourne, que l'école du Nord a été baptisée Myriam Errera; pleine de vie, de projets et surtout d'espoirs, elle fut déportée et assassinée à Auschwitz avec 10 membres de sa famille, elle avait été élève de cette école. L'association qui porte son nom est présidée par Josette Mélinon, une petite-cousine de Myriam; avec Claude Chauveau, elles consacrent une grande partie de leur temps libre à visiter les écoles et collèges pour raconter aux enfants avec des documents d'époque ayant appartenu à leur famille, ce moment de l'histoire. Ce geste de la ville de Libourne sort de l'oubli la mémoire de Myriam, également de tous les Libournais qui ont été déportés et assassinés au seul motif de leur religion juive; souhaitons que cette monstruosité ne se reproduise jamais.

  • N°12 _ Vous êtes sur la bonne voie: le train

    Des TER vers Cestas et Arcachon, une ligne toute neuve Libourne-Bergerac, et des trains à hydrogène, voici les nouveaux transports d'ici 2025. Dans l'optique d'un RER métropolitain, ce sont de nouvelles voies ferrées qui vont voir le jour; elles ne s'arrêteront plus en gare Saint-Jean; c'est ainsi que Libourne disposera d'une nouvelle ligne vers Cestas et Arcachon; Bordeaux ne sera plus un terminus mais l'étape d'un trajet qui permettra une meilleure mobilité surtout pour les ouvriers et les étudiants; quant au train à hydrogène , c'est la région qui compte expérimenter cette nouvelle méthode de circulation développée par l'entreprise française Alstom; les tests auront lieu sur 4 lignes, dont celle de Bergerac à Libourne, la mise en service de ces trains est prévue pour 2022.

  • N°11 _ Travaux, rénovation ligne SNCF Libourne-Sarlat

    La ligne de train express régional Bergerac-Libourne est en très mauvais état. La politique actuelle étant souvent de supprimer tout ce qui demande des crédits même s'il est question du bien-être des usagers, les collectivités locales, départementales et régionales se sont mobilisées pour éviter cette fermeture. Neuf mois de travaux sont nécessaires pour rénover cette voie. Après quelques travaux préliminaires, le chantier de restauration a véritablement débuté ce 2 janvier 2019. La procédure par fermeture partielle de la circulation étant difficile à réaliser, c'est la solution de la fermeture globale qui a été décidé; c'est ce qui entraine à l'heure actuelle la mise en place de bus pour assurer la continuité du service. C'est un véritable train-usine qui va permettre de traiter ensemble plusieurs phases du chantier à raison d'un kilomètre-jour: il va enlever les anciens rails ainsi que les traverses bois pour les remplacer par 105000 traverses en béton; quant à l'ancien ballast il sera retiré et chargé dans des wagons avant d'être évacué, c'est la phase "dégarnissage"; 120 tonnes de ballast neuf sera mis en place pour la stabilisation de la voie et mis à niveau à l'aide d'une machine dite "bourreuse", opération dite relevage; la dernière phase consiste à la mise en place du rail à la longueur qu'il aurait à 25°, puis il sera soudé. Pas de trafic sur ces voies pendant toute la durée de ces travaux, 9 mois; c'est un chantier qui va employer 400 ouvriers. A la réouverture de ces 125 kms de ligne, deux phases de circulation, 100 kms/heure, puis 120 kms/heure fin de l'année 2019. Pendant cette période de travaux il sera également remis en état un certain nombre de passages à niveau, puis des aménagements dans les gares de St.Emilion, Castillon-la-Bataille, Vélines, Sainte-Foy-la-Grande et Gardonne. La reprise de la circulation des trains est prévue pour le 30 septembre 2019. Des collectivités territoriales, la Région Nouvelle-Aquitaine, l'Etat et SNCF Réseau ont mis la main à la poche pour la réussite de ce chantier.

     

     

  • N°10 _ Travaux, la balade continue...

    Deux autres chantiers des berges sont en cours : 1_entre la rue Louise-Michel et la fontaine Roudeyre, 2_ le long du quai du Priourat; c'est le premier qui fera l'objet de ce billet. Le premier des chantiers concernent les berges grignotées par la rivière l'Isle qui vont être refaites et qui consistera en la création d'une promenade de 275 mètres de long; le but est donc le renforcement des berges érodées qui se sont effondrées; ces travaux de renforcement se feront de la rivière sur une barge de 25 mètres sur 9 mètres; les travaux consistent à découvrir la roche, créer un enrochement et construire un mur de soutènement en béton armé sur lequel sera construit un cheminement à l'image du reste de ce qui a déjà été réalisé sur le reste des quais libournais: un passage de 2,50 mètres de large avec une barrière coté coté rivière et grillagé coté riverains. Ce chemin sera accessible qu'aux déplacements à pied, à vélo ou en rollers et sera également éclairé; en fin de travaux l'embellissement des abords de la fontaine Roudeyre sera "la cerise sur le gâteau".

  • N°9 _ Santé, le nouvel hôpital Robert-Boulin

    Coté confort du personnel et des patients, un hôpital flambant neuf à Libourne est une réalité depuis le mois de février 2018; à cette date le personnel comme les patients ont découverts un espace santé inédit voire original. Dès 2015 un groupe de travail fut constitué afin d'étudier aux mieux les attentes des personnels, des patients et des accompagnants. Question chambres, 86% seront simples d'une superficie de 19 m2, 14% des chambres doubles de 25 m2. Dans ce nouveau bâtiment représenteront 1/5 de la surface; elles disposeront toutes d'une salle de bain, d'un mobilier moderne et d'une table de chevet servant d'armoire; coffre-fort et wifi seront également à disposition. Coté alimentation, l'hôpital a choisi de répondre aux attentes de sa patientèle qui aura droit à une palette de menus étudiés au plus prêt du désir des malades. Une conciergerie est à l'étude pour les patients comme pour les employés ce qui permettrait de proposer des nouveaux services, tels pressing ou dépôt de pain. Des robots se baladeront au sein de l'établissement, afin de transporter le linge et le matériel utiles aux différents services. Coté salariés, un distributeur de tenues professionnelles sera mis en place; coté patients, ils pourront prendre des rendez-vous médicaux, de s'enregistrer ou de payer en ligne, fini les attentes à l'accueil. Le calvaire du stationnement devrait prendre fin dans quelques jours, car c'est un millier de places qui seront bientôt à disposition pour le personnel, les hospitalisés ou les visiteurs. Une fois à l'intérieur, une signalétique très étudiée évitera le labyrinthe des services; les parcours des usagers est modélisé; tous les cas de figures ont été pris en compte pour que le bâtiment soit pensé pour les patients comme pour les professionnels. Ouverte sur la ville, la nouvelle cafétéria sera à la disposition des visiteurs, également restauration, coin presse, recharges de tablettes, portables et wifi.

  • N°8 _ Travaux, le bassin de stockage des eaux unitaires

    Pour se mettre en conformité avec la législation et supprimer les rejets des eaux en milieu naturel, dans l'Isle ou la Dordogne, les autorités municipales ont décidé la construction d'un bassin de stockage des eaux usées et des eaux pluviales; c'est un bâtiment qui, situé rue des Tonneliers, doit s'accorder avec l'esthétique de ce quartier proche du centre de la bastide; en effet à Libourne les eaux pluviales et les eaux usées coulent dans les mêmes canalisations. Pour éviter tout débordement des eaux lors des épisodes pluvieux deux solutions s'offrirent aux autorités:  construire des canalisations séparées dans la bastide, impossible en centre-ville vu le caractère historique de la bastide ou aménager une nouvelle structure, un bassin qui servira de stockage et régulateur des eaux unitaires en cas d'épisodes pluvieux, avant de les réinjecter dans le dispositif de collecte et de leur permettre leur acheminement vers la station de traitement de Condat. Ce bâtiment-réservoir, entièrement fermé de 9 mètres de hauteur sera construit sur un terrain de 1000 mètres carrés sur lequel se dressait un ancien chai; il a était acheté par la mairie. Les travaux sont en cours et doivent durer trois mois, une désodorisation et un traitement acoustique sont également prévus afin d'éviter des nuisances pour le voisinage.

  • N°7 _ Commerce, des nouveaux restaurants

    A la fois dans la centre-ville, mais tourné vers la rivière et le port de plaisance, voici des nouveaux endroits où il fait bon déjeuner ou diner en famille ou entre amis. Tout d'abord le restaurant Chez Rémi ; c'est dans l'ancienne cave Au bon vin, à l'angle des quais et de la rue Fonneuve que Rémi Gogniat, son épouse et son père présentent une cuisine simple et accessible. Trente neuf places en intérieur et vingt en terrasse ont suffi à attirer une clientèle de connaisseurs et de fidèles; il est obligatoire de réserver car les tables sont prises d'assaut. Dans un tout autre genre, avec  une vue imprenable sur la confluence, voici le Bistrot Maritime, il est tout en métal, en bois et en verre; il propose une carte simple pour 70 places en terrasse coté confluence et à l'ombre des platanes et 55 dans une salle en parquet massif. C'est Laurent Boulle, un pro de la restauration  et Sabrina Lecoq qui gèrent cet établissement implanté sur les nouveaux quais. Ils nous présentent une carte élaborée, rien que des produits frais qui suivent les saisons, de belles pièces de viandes, mais également une carte poisson avec cabillaud, dorade royale et même des anguilles lorsque les pêcheurs locaux en ont, ce sont 10 à 12 plats en direct avec 4 à 5 desserts faits maison, également le plat du jour, une carte des vins avec producteurs locaux. Une belle affaire de 8 personnes en cuisine et en salle. Enfin voici l'Embarcadère, imaginé dans un conteneur noir, posé sur l'esplanade François-Mitterrand, à quelques encablures de la Dordogne; ouvert 5 mois de l'année, les propriétaires, Olivier-Diaz-Maroto et Laurent Boulle, nous présentent peu de choix, mais que des bons produits: galettes salées, salades garnies, planches de charcuterie ou de fromage, assiette d'huitres, grosses crevettes et enfin des sorbets artisanaux en dessert. Tous les produits sont régionaux la charcuterie du Pays Basque, les huitres de Marennes et les crevettes de Madagascar un peu plus loin....

     

  • N°6 _ Patrimoine, la villa Graziana

    C'est un superbe ensemble immobilier que la ville de Libourne vient de recevoir en legs; un trésor insoupçonnable que Jeanine Graziana a légué à la ville: en effet à l'angle de la rue Galliéni et de l'avenue du Général-de-Gaulle, c'est une superbe villa de 1280 m2 sur trois étage avec balcon, terrasse, toit-terrasse et verrière art-déco; à cet ensemble il faut ajouter une assurance-vie de 150 000 euros, un joli pactole pour la ville. C'est une donation qui n'est pas lestée de contraintes si ce n'est qu'elle doit être utilisée à des fins culturelles, divers projets sont à l'étude à l'heure actuelle: un café associatif, un réseau d'associations traitant du dévellopement durable, de l'économie circulaire, de l'éducation, en un mot un lieu d'échanges, d'ateliers ou de rencontres. D'autres projets tels une salle pour accueillir des fêtes , des mariages, et pourquoi pas des concerts de jazz ou certains spectacles faisant partie de Fest-Arts. Quant à la somme de 150 000 euros elle a servi, par tranche de 50 000 euros par an, au financement de Noël, des fêtes de la Confluence et de la fête du vin.

  • N°5 _ Commerce, Moréno et la Maison-Blanche

    Au mois d'août 2016, Kevin Moréno s'est installé à Libourne; il a choisi la rue Gambetta en créant l'Atelier 26, concept store avec des marques danoises qui rapidement est devenue une adresse connue des libournais. Le voici à nouveau dans une nouvelle boutique la Maison Blanche à quelques mètres de la première, au n°10; il y propose de la décoration, du linge de maison, ça lui permet d'associer une multitude d'objets déco à sa passion créatrice.