Vivre à Libourne

Articles de vivrealibourne

  • N°101 _ le Campus du Lac, c'est quoi?

    Le chantier libournais du Campus du Lac 

    en cours de rédaction

  • N°97 _ le Libournais et le Tour de France 2023

     Le Tour de France sera de retour dans la Bastide et le Libournais le 8 juillet 2023 à l'occasion de la 8ème étape entre Libourne et Limoges; la configuration sera différente, mais ce sera à nouveau une grande fête sportive et surtout un vrai challenge. Plusieurs centres urbains seront traversés; tout d'abord la place Abel-Surchamps pour la parade, puis le centre d'Abzac et celui de Coutras; en ce qui concerne la course, le départ fictif aura lieu au carrefour de la rue  Roudier et de la rue Lamothe; un totem a déjà été mis en place par les services de la ville; quant au départ réel il se fera au lieu-dit la Cabane à Pomerol, puis par Saint-Denis-de-Pile, Abzac, Coutras, les Peintures et les Eglisotes, ce sera 30 kms plus loin que le peloton atteindra la frontière avec la Dordogne. En ce qui concerne le financement de cette opération, il sera de 90 000 euros hors taxes qui sera partagé entre la Cali pour 70 000 euros et la ville de Libourne 20 000 euros . Une fois de plus ce sera grâce à cet événement que le territoire aura une certaine exposition médiatique et une importante promotion. Entre 15 000 et 20 000 personnes devraient assister à cet événement sportif.

  • N°100 _ Libourne et ses projets urbains

    C'est le 23 janvier qu'à eu lieu la conférence de presse de Philippe Buisson, le maire de Libourne. Il a évoqué les grands travaux urbains de l'année 2023. En premier on trouve la nouvelle vie de l'ancienne piscine; laissée à l'abandon depuis l'ouverture de la Calésie en 2021, elle va être transformée en studio de cinéma, et oui c'est possible. Créée en 2017, la maison de production Léma, basée à Bègles va déménager à Libourne en 2024; cette société fait partie des leaders mondiaux de l'hyper ralenti, elle souhaite transformer le bassin en plateau de tournage et en salle de diffusion; ce n'est que la partie piscine couverte qui sera reconvertie, la partie extérieure deviendrait un pôle médical de médecins généralistes. Coté casernes, on ne se presse pas, le complexe oenotouristique d'envergure porté par Michel Ohayon est toujours dans les tuyaux, mais le maire fait toutefois remarquer que ce foncier racheté par la ville a fait l'objet de beaucoup de remarques, alors qu'à l'heure actuelle de nombreux investisseurs se pressent à la porte, mais le dialogue avec Michel Ohayon est toujours exclusif, la ville et l'investisseur étant liés par une promesse unilatérale de vente qui s'achève en 2023; quant au projet Libourne 2023, il est toujours en pleine étude, un cabinet spécialisé va solliciter les Libournais en ce qui concerne trois projets, la mobilité cyclable, faire de Libourne une ville étudiante avec la création d'un campus de la santé sur le site de Garderose, hôpital dans lequel 800 élèves  sont attendus, l'ouverture d'une formation post-bac de clerc de notaire au lycée Montesquieu; d'où la création de logements étudiants. Le maire fait remarquer que malgré la présence d'un hôpital important et la proximité de la Métropole, on constate la difficulté qu'ont les Libournais à trouver un médecin référent, il s'engage à ramener des médecins en créant des maisons médicales adaptées.

  • N°99 _ les suremballages et les grandes surfaces

    Savez vous que les grandes surfaces peuvent prendre en charge tous les emballages de vos achats? En effet, avec l'accord de la direction, des bénévoles engagés viennent d'organiser une grande action dans la galerie marchande du Carrefour de Libourne. Une dizaine de bénévoles se porte au devant de la clientèle pour leur expliquer que toute grande surface commerciale de plus de 400m2 doit installer en bout de chaque caisse un bac pour récupérer leurs achats dans des sachets réutilisables et de laisser sur place les suremballages dans des chariots installés dans la galerie. Ces déchets seront triés et envoyés dans des filières de recyclage. En effet seulement 30% des déchets plastiques le sont à l'heure actuelle. C'est le label Plastic-Attack qui au niveau national, mais aussi localement est chargé de cette opération. L'enseigne Carrefour encourage cette opération; l'association prend en charge le tri et dirige vers des spécialistes  tous les emballages collectés. Réduire de 20 000 tonnes la production de déchets plastiques, c'est l'engagement qu'à pris l'enseigne Carrefour d'ici 2025; à l'heure actuelle, c"est déjà fait à hauteur de 12 000 tonnes.

  • N°98 _ Arveyres et ses habitants

    L'Insee vient de publier les derniers chiffres de la population d'Arveyres, commune située à 6 kilomètres de Libourne. La population légale est de 2037 habitants, ce qui représente une hausse de 73 habitants par rapport aux derniers résultats de 2014. Si l'on étudie la structure par âge, c'est une population qui reste stable; avec les moins de 30 ans qui représentent 30%, les plus de 65 ans augmentent à 28% de la population totale, les 30 à 41 ans sont en diminution à 18,6%. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Quant à la taille des ménages, elle reste à 2,4 personnes par logement. Ce sont surtout des résidences principales et 34,6% des habitants ont emménagé depuis moins de 4 ans. Les personnes qui ont un emploi sont salariés à 82%, les personnes sans emploi sont 30,4% pour les jeunes de 15 à 24 ans. 19 entreprises ont été créées surtout dans les domaines de la construction, du commerce et des services. C'est une commune dans laquelle il fait bon vivre.

  • N°96 _ les travaux à l'église St. Jean-Baptiste

    En effet les travaux de l'église St.Jean, débutés en septembre 2022 vont entrer dans leur dernière phase; après deux mois de préparation l'échafaudage a commencé à envelopper le clocher; le remontage de la flèche va commencer début février pour être livré fin mars 2024. C'est un travail de haute précision qui consiste dans le remontage de la flèche octogonale dont les pierres sont imbriquées l'une dans l'autre et tiennent grâce à leur propre poids, elles sont liées entre elles par un joint à base de chaux. Le remontage de la flèche est également l'occasion de mettre à la terre la croix, qui fait office de paratonnerre, lorsque celle-ci sera reposée en avril 2024. Viendront ensuite les phases suivantes qui consistent en la restauration extérieure de l'église; enfin entre septembre 2023 et novembre 2024, ce sera le tour du réaménagement de la place alentour.

  • N°95 _ un nouvel équipement à l'hôpital Robert Boulin

    Vu l'importance de son bassin de vie, le centre d'imagerie fonctionnelle de Bordeaux vient d'implanter une nouvelle unité sur le site de l'hôpital de Libourne. Il est installé dans un bâtiment de 3000 m2 et opérationnel depuis quelques jours. Suite à l'expérience acquise depuis une vingtaine d"années à la clinique St.Augustin de Bordeaux, le site de Libourne propose des examens de scintigraphie et tomographie par émissions de position. C'est une méthode d'imagerie de médecine nucléaire qui produit une image, grâce à une caméra spécifique par injection d'un produit faiblement radioactif et non toxique qui va se fixer sur l'organe ou la partie de l'organe que l'on veut examiner, ce qui permet de détecter des tumeurs ou l'origine de douleurs ou de maladies. C'est également un système d'imagerie qui donne la possibilité de mesurer en trois dimensions l'activité métabolique d'un organe, selon les principes de la scintigraphie à l'aide d'un traceur. Ce sera une trentaine de personnes, dont quatre médecins nucléaires qui assureront cette activité sur un plateau technique composé de trois machines équipées de caméras de scintigraphie, que ce soit pour des urgences thoraciques ou oncologiques. Cet équipement va faciliter la vie des médecins et des patients du libournais et du nord de la Gironde. C'est le docteur Bertrand Mérino qui voit cette installation toucher tout le bassin libournais, l'ouest de la Dordogne, le Lot et Garonne, la Charente et la Charente-Maritime. Le fonctionnement de ce centre d'imagerie sera de zéro délai; le contact est le 05 57 10 06 16 ou www.cif-libourne.fr

  • N°94 _ les spectacles en 2023 dans le Libournais

    Des anciens spectacles et des nouveaux, qu'allons nous voir cette année. Fest'arts se tiendra entre le 3 et le 5 août à Libourne, il y a déjà quelques noms en vue, mais surtout des habitués à cette grande fête libournaise. Le principal spectacle en Fronsadais, les Confluents d'arts, recevra au château la Rivière, Véronique Sanson accompagné d'un orchestre de dix musiciens; en première partie du spectacle ce sera Renaud Hantson qui rendra hommage à Michel Berger dans le cadre de son concert "Tribute Michel Berger"; ce sera entre les 6 et 8 juillet. Le plus important spectacle de la Nouvelle-Aquitaine, c'est depuis 1974 la Bataille de Castillon qui se tiendra comme à l'habitude, avec ses 400 bénévoles et 50 cavaliers, du jeudi 20 juillet au samedi 19 août au pied du château de Castegens à Belvès de Castillon. A Saint-de-Denis-de-Pile, le festival Musik à pile nous prépare une distribution digne de ses 25 bougies; il se tiendra les vendredi 2 et samedi 3 juin dans le parc Boma. Comme une fête de la philosophie, Philosophia, se tiendra du 26 au 28 mai à Pomerol, Libourne et Saint-Emilion; Idées nouvelles, association organisatrice, présidée par Mazarine Pingeot, a choisi "L'Autre", comme sujet de discussion et d'échange. Quant aux fanas de cyclisme, ce sera le 8 juillet qu'ils viendront suivre la huitième étape entre Libourne et Limoges du Tour de France, deux ans après sa dernière venue, étape qui traversera Pomerol, St-Denis-de-Pile, Abzac, Coutras, les Peintures et les Eglisottes. Il faudra retenir également le Carnaval de Libourne le samedi 18 mars, le Biotope festival en mai sur le territoire du Grand-St-Emilion, puis le Gros-Son de Festiv'Asques les 2 et 3 juin dans le Fronsadais, les concerts de la Fête de la Confluence de Libourne du 23 au 25 juin, le Mascarock fin août sur le port de Saint-Pardon à Vayres et le festival Vino-Voce les 8 et 9 septembre. Il y en aura pour tous les goûts, des rendez-vous à ne pas manquer.

  • N°93 _ Smicval/Cali, une médiation

    Le programme qui prévoit l'arrêt de la collecte des déchets en porte à porte rencontre l'hostilité de la Cali qui a introduit plusieurs recours contre cette décision. Le tribunal administratif de Bordeaux a proposé une médiation que le Smicval a accepté, mais sous certaines conditions. Le président de la Cali, qui ne cache pas son opposition à ce plan, a toujours souhaité voir les intercommunalités plus associées  à ce processus de décision. Quant au Smicval, tout au contraire, c'était le moment d'acter rapidement ce nouveau dispositif, afin qu'il entre dans une phase définitive dès les premiers mois ce cette année. Suite à cette mésentente des deux parties, la Cali a décidé un vote hostile à ce programme et à une demande de réévaluation du nombre de ses délégués au comité syndical qui serait proportionnel au poids financier de la Cali au sein du syndicat mixte. Il demande également aux juges des référés à ce que les décisions du Smicval prises le 6 septembre soient suspendues pendant le temps d'un examen sur le fond. L'ordonnance rendue par le juge des référés en ce début décembre 2022, déboute la Cali, car il estime que le caractère d'urgence n'était pas rempli.. Il a donc été décidé que ce dossier serait jugé sur le fond et que le tribunal administratif devra mener une médiation. Ce principe est accepté par le Smival, à la condition toutefois que la Cali renonce aux polémiques et autres diffamations à son encontre; dans cette affaire, il réaffirme qu'il a toujours dialogué avec le territoire et qu'il a bâti son projet pour répondre aux enjeux économiques, sociaux et et la préservation du pouvoirs d'achats des habitants. De son coté la Cali rappelle son accord inconditionnel à la médiation proposée par le juge. Philippe Buisson, Président de la Cali, s'est entretenu par téléphone avec le préfet Bertrand Maréchaux, le médiateur, pour lui réaffirmer son esprit ouvert, constructif et apaisé. Quant aux élus, ils affirment n'avoir jamais tenus de propos diffamatoires ni envers l'institution ni envers les personnes, ils rappellent donc leur volonté de renouer un dialogue respectueux de part et d'autre; mais ils confirment que tous les points seront discutés dans le cadre exclusif de la médiation. C'est toujours une affaire à suivre.....

  • N°92 _ le Secours populaire à Libourne

    L'antenne libournaise du Secours populaire a de grands projets pour l'année 2023; à l'heure actuelle l'association est hébergée par la mairie dans l'ancienne école de Condat. Il dispose de deux endroits différents pour ses activités et pour le stockage des matières. La mairie de Libourne vient d'attribuer à l'association un grand local, anciennement l'entreprise Toutelectric aux Dagueys; les bénévoles opéreront plus confortablement et le public y sera accueilli dans de bien meilleures conditions. Les nouveaux locaux consistent en un grand hangar de 600 m2 mitoyen de l'Auberge du Coeur, rue de l'Industrie. Le nouveau local comportera un espace bureaux, une salle de repos, un comptoir, ainsi que des cellules différentes pour le stockage des produits alimentaires, le tri de colis, le linge de maison, un vestiaire, un espace de tri des vêtements, un espace jouet, un autre pour la brocante, et surtout un vaste local pour la réception des visiteurs les jours de braderies. D'importants travaux, ainsi que le loyer seront pris en charge par la mairie. L'association compte déménager dans le courant du mois de septembre de cette année.

  • N°91 _ Jimmy Laporal-Trésor, le cinéma et Libourne

    Il a quitté Saint-Ouen en région parisienne et s'est installé définitivement à Libourne avec toute sa famille en 2018; réalisateur et scénariste il a présenté lundi dernier en avant-première son dernier film "Les Rascals"au cinéma Grand-Ecran de Libourne. Son épouse née à Sainte-Foy-la-Grande, lui, adopté par notre ville qu'il aime beaucoup, fait de ce natif à Saint-Ouen en banlieue parisienne, un véritable libournais. Libourne est pour lui une véritable bulle dans laquelle il fait bon vivre, éloigné de tout stress; ce qui lui permet d'exercer l'écriture et sa véritable activité dans ce milieu cinématographique. "Le soldat noir", un court-métrage qui fut nommé à Cannes aux Césars 2021 dans la Semaine de la critique a été diffusé au festival des 6 trouilles de Libourne. "14:48" Citrouille d'Or 2022 est un cours métrage réalisé par les élèves de l'option cinéma des élèves du lycée Max-Linder avec la complicité de Jymmy-Laporal-Trésor, projet qui fut porté par la Cali. Scénario, tournage, réalisation ....une aide dans laquelle ce réalisateur s'est investi avec passion et gentillesse. Homme de transmission, il a su guider tous les élèves à trouver des solutions à leurs problèmes  sans toutefois les influencer dans leur choix. Ce début janvier 2023 fut projeté à Libourne l'avant-première de son film "Les Rascals", qui sortira en salle  dans toute la France le 11 janvier. Une plongée dans le Paris des années 80, époque ou des bandes de jeunes issues de l'immigration se confrontent aux skinheads dont l'idéologie colonise une autre jeunesse.. Jymmy une nouvelle et grande figure de Libourne.

  • N°90 _ les travaux en 2023 et la fin du feuilleton des déchets

    Les travaux qui se poursuivent en 2023 consistent en la finition de la place Joffre et du square du XVe dragon; ce sera la transformation du rond-point en un parc urbain végétalisé qui deviendra l'accès vers le complexe touristique des casernes. En ce qui concerne les travaux de la place Saint-Jean, c'est la suite du remontage de la flèche de l'église, la place sera réaménagée en une zone de rencontre et de stationnement pour les patients des cabinets médicaux situés dans ce quartier, des lycéens et des paroissiens. Quant au plus redouté, le chantier du pont Beauséjour débutera mi-mars et ne se terminera qu'en 2024, il sera l'épilogue d'un très long feuilleton.

    Autre sujet brulant en cette fin d'année 2022 et début 2023, la collecte des déchets sur la territoire de la Cali; celle-ci a tenté de faire annuler par voie judiciaire un recours en urgence, mais elle a été débouté; le Smicval en profite pour déployer ses points d'apports collectifs sur son territoire; une affaire à suivre, tout le monde n'étant pas en accord avec les nouvelles dispositions de collecte des déchets, en particulier une grande partie du public, le principal intéressé.

  • N°89 _ Bordeaux-Lyon avec Railcoop

    Il y a quelques mois nous avons traité de l'abandon par la SNCF des petites lignes comme la ligne Bordeaux-Lyon. A l'heure actuelle, la coopérative Railcoop travaille à relancer cette ligne de train. Coté finances, elle tente de réunir des fonds pour boucler ce projet et lancer ses trains; sur 42 millions d'euros nécessaires, elle a récolté 8 millions auprès de ses sociétaires; son projet est de s'endetter d'une trentaine de millions qui lui manque et de renforcer ses fonds propres en recrutant des sociétaires comme des collectivités locales telles l'Occitanie,, le Grand-Est et la Nouvelle-Aquitaine ou de grandes entreprises. Coté pratique, on peut envisager deux allers-retours par jour entre Bordeaux et Lyon, deux entre Limoges et Lyon et un aller entre Montluçon et Lyon. Railcoop ne désire pas concurrencer l'avion, mais avec un temps de trajet compris entre sept heures et demi et huit heures pour Bordeaux-Lyon, ce serait surtout pour remplacer la voiture et les cars. A l'heure actuelle la coopérative a acheté  à la SNCF deux rames d'occasion qu'elle a fait vérifier par les ateliers ACCM qui se chargeront de les rénover. Pour la coopérative qui croit en la dimension écologique d'un retour à cette ligne abandonnée par la SNCF depuis 2014, ce serait reprendre à la route une grande partie de son trafic. Si Railcoop a quelques difficultés financières à résoudre son projet, depuis un an elle sait tout de même faire rouler les trains de fret en Occitanie, en attendant certains contrats en Gironde. Lorsque tous ses soucis seront réglés, les trains Railcoop desserviront en particulier les gares de Bordeaux, Libourne, Périgueux, Thiviers, Limoges, Saint-Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Gannat, Saint-Germain des Fossés, Roanne, et Lyon.

  • N°88 _ la laïcité à Henri-Brulle

    Le vendredi 9 décembre, c'est la journée de la laïcité qui, au lycée, se termine par la remise des diplômes. Thomas Guezenne, professeur d'histoire-géographie et d'éducation morale et civique est le référent laïcité de cet établissement, c'est lui qui a imaginé cette journée. Il s'agissait pour les élèves d'aider Aristide-Briand à retrouver son rapport avant le vote de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Ce sont 120 élèves qui s'en sont sortis plus savants, comme ce jeune lycéen de 16 ans qui a dit à ses professeurs, que du coup, il était laïque et qu'il venait de l'apprendre, un témoignage qui marque le succès de cette journée. La laïcité est un concept abstrait pour les jeunes, mais aussi pour les professeurs; c'est pour cette raison que le référent est là pour les en informer. Cette journée comprenait également une rencontre avec l'association Boulevard des potes; espérons que tous les élèves participeront à cette journée l'an prochain.

  • N°87 _ combien sommes nous d'habitants?

    La ville devrait compter 24 941 habitants au 1er janvier 2023; une augmentation de 140 personnes par rapport à l'an dernier à la même époque, soit 0,5%; c'est une référence de l'Insee qui a mis à jour ce dossier à la date du 13 décembre 2022. ce même organisme constate une stabilité du nombre d'enfants de 0 à 14 ans, entre 2008 et 2019; une augmentation également pour les personnes de plus de 60 ans, soit 28,9%, la proportion des plus de 75 ans reste stable. Celle des 15 à 25 ans est passée de 20,4% à 1,7% soit environ 8oo jeunes en moins pour cette même période, une situation à laquelle les élus ce sont penchés en attirant de nouveaux investissements sur la formation et en soutenant le développement du RER métropolitain en direction des facultés.

  • N°86 _ en route pour le Maroc

    Du 3 au 18 mars 2023 Laëticia et Katia participeront au Rallye Aïcha des Gazelles, avec un départ de Libourne le 2 mars; outre un défi sportif, cette aventure sera solidaire et humaine; 9 jours de course sans GPS en hors-piste, avec uniquement une boussole et une carte de la région; l'objectif est de valider toutes les balises en faisant la plus courte distance possible. Elles partiront avec un 4x4 chargé de fournitures scolaires et des produits d'hygiène qui seront distribués à la population locale autour des bivouacs. Au retour, elles rapporteront des jeux de société en bois de Thuya qui sera distribués à des Ehpad et à certaines résidences pour personnes âgés de Libourne et de Coutras. Avant leur départ, on peut les rencontrer sur les marchés de Noël certains jours avant les fêtes. Bonne route à elles.

  • N°85 _ la Cali, le Smicval, une histoire à suivre

    Examiné jeudi 24 novembre par le tribunal administratif de Bordeaux, le référé suspension déposé par la Communauté d'agglomération du Libournais concernant le nouveau service public de collecte des ordures ménagères du Smicval a été rejeté vendredi 9 décembre par le juge des référés. La Cali et un certain nombre de communes ont été condamnés à verser au Smicval les frais d'avocats engagés. La Cali qui regrette cette décision admet ne pas avoir su convaincre de l'urgence qu'il y a à arrêter la mise en oeuvre des délibérations. La Cali en prend acte et ne fera pas appel à cette décision auprès du Conseil d'Etat. Cette décision remet en cause la mise en oeuvre de la collecte des déchets en porte à porte sur tout le territoire. C'est à ce sujet que Philippe Buisson, Président de la Cali, indique que les villes de la Cali ne souhaitent pas l'expérimentation sur leur territoire de l'abandon de la collecte en porte à porte. Le Smicval prend donc acte de cette décision qui favorise le déploiement des points de collecte de proximité ainsi que des autres points de son offre de service, qui seraient mis en service entre 2023 et 2025, ceci pour répondre aux impératifs financiers et environnementaux. Un médiateur sera désigné bientôt par le tribunal qui espère retrouver un certain dialogue entre les deux parties. Philippe Buisson indique dans le même texte qu'il sera favorable à cette initiative.

  • N°84 _ des projets citoyens

    Ce dispositif consiste à faire émerger des initiatives citoyennes portées par les libournais. Cette boîte à idées est ouverte depuis ce matin; c'est un vote qui départagera les citoyens. Il s'agit d'associer les citoyens libournais à la politique locale, pour cela un cahier des charges a été rédigé avec un comité de pilotage formé par des élus volontaires et des membres des comités de quartier avec le soutien des services municipaux. Cette méthode va permettre à chacun de nous à proposer un projet d'intérêt collectif avec le soutien du service d'appui à la démocratie participative. Elle peut émaner d'un particulier, mais aussi d'un collectif, d'une association ou d'un commerçant du quartier. Le projet ne doit pas être extérieur à la ville, il doit entrer dans las compétences de la ville, présenter un intérêt général et surtout respecter les principes d'égalité et de laïcité. Dans la pratique les dossiers doivent être déposés entre le 15 décembre et le 15 février; c'est alors que le comité de pilotage examinera sa recevabilité avant de le transmettre aux services de la ville pour analyse technique, juridique et financière; après présentation aux libournais, le vote destiné à partager les divers projets aura lieu entre le 30 mars et le 30 avril. Il n'y aura plus qu'à concrétiser en associant tous les porteurs de projets.

  • N°83 - les travaux du pont Beauséjour

     C'est la fin d'un long feuilleton qui oppose la SNCF à la Ville de Libourne et qui consiste dans le remplacement du pont de Beauséjour interdit aux poids lourds de plus de 3,5 tonnes depuis 2009. Ces travaux devenaient urgents car cet ouvrage datant de 1885 donne des signes de faiblesse depuis longtemps; il est géré par la Ville de Libourne depuis 1998; Le conseil municipal du 6 juillet 2022 a acté la délégation de maîtrise d'oeuvre à SNCF Réseau et le financement de l'opération. Ce sera une opération de 9 257 400 euros, dont la ville va supporter une grande partie de la charge, l'Etat aidera pour 1,5 millions, le Conseil départemental 1 million, la Cali 500 000 euros et la SNCF 100 000 euros. Le déroulement des travaux est fixé entre mars 2023 et février 2024 selon la SNCF ce pont enjambant la voie ferrée Paris-Bordeaux, ces travaux rétabliront une circulation normale avenue Georges-Clémenceau. Techniquement ce sera un chantier qui se déroulera en plusieurs étapes, de janvier à avril 2023 une phase d'études et de préparation, à compter de la mi-mars, la démolition de l'ouvrage actuel entrainera la coupure de l'avenue Georges-Clémenceau, ceci jusqu'au 21 février 2024, la déserte des riverains sera maintenue; à ce moment là 3 déviations seront mises en place, l'une en direction du centre-ville, une autre en direction de Coutras et la dernière par le chemin de la Béquille. Les travaux du nouvel ouvrage seront entrepris entre juin 2023 et février 2024; construit en acier corten, ce matériau à la corrosion superficielle provoquée est réputé pour sa résistance aux conditions atmosphériques; enfin entre septembre 2023 et février 2024 ce sera les aménagements de surface, comme la réalisation de rampes d'accès, de la chaussée, des trottoirs, de l'assainissement et tous les travaux divers de finition. Que les écologistes ne paniquent pas, si quelques arbres sont supprimés, d'autres seront replantés dès la fin des travaux. Coté transport ferroviaire cette opération entrainera l'interruption de la circulation des trains à 4 reprises: du 6 au 8 juin, du 18 juin au 21 juin, du 21 au 23 octobre et du 28 au 30 octobre.

     

  • N°82 _ C'est Noël à l'office du tourisme

    L'office du tourisme du Libournais est en pleine préparation des fêtes; c'est à l'intérieur de la boutique du site de la place Abel-Surchamp que toute une séries d'idées cadeaux à offrir ou à s'offrir pour tous les âges et tous les budgets sont mis à l'honneur, comme des produits locaux, des paniers gourmands, ainsi qu'une série d'objets sur le secrétariat du Père Noël qui cette année fête ses 60 ans. Ce que l'on remarque dès l'arrivée dans la boutique, c'est Ekaye, Frédéric Aranaz, qui a installé son atelier de fabrication de luminaires en vitrail, explique son travail aux gens qu'il rencontre, tout en appréciant cette délocalisation momentanée. C'est également à cet endroit que les enfants peuvent écrire au Père Noël sur une table d'écolier installée dans la vitrine de la boutique; une bande de lutins prennent soin de faire le ramassage de ce courrier. Tony Robin, le directeur de l'office vous souhaite de très bonnes fêtes de Noël et de fin d'année.